Me voila avec entre les mains l’album de la suissesse Olivia Predoli. On m’a averti. L’album est plus lent, mélancolique. Bref pas forcement ce que l’on écoute quand « tout va bien et que l’on ne veut pas que çà aille mal ». Passer ces préjugés, j’introduis l’album dans le lecteur de disque et je me mets alors à l’écoute de ce nouvel univers. Pas nouveau dans le sens que je ne connais pas ce genre de musique mais dans le sens que je découvre cette nouvelle artiste, enfin quand je dis nouvelle, elle ne l’est pas tant que çà puisqu’il s’agit de son troisième album, les deux précédents étant sortie sous le nom d’artiste de Lole, bref c’est plutôt marrant !

Avec sa bouille ronde enchevêtrée dans des sortes de fleurs, ou d’algues – je retiendrai plus les algues – dans cette teinte de pochette venant vers bleu sombre, d’où un rappel des « abysses » et donc de la noirceur peut-être de sa musique ?

Sobrement, très sobrement, très très … bref c’est très monotone comme début. Ce n’est pas la première chanson Bow, qui nous attrape et nous retient. Tout du moins pas de suite. Elle nous accroche dans ces derniers retranchements. Puis la chanson The Day avec ses cordes – c’est vrai j’adore les cordes, enfin les instruments à corde – elle nous transporte, dans un paysage, léger et chargé. Avec ce tonnerre au loin. Puis Path, où elle se demande si l’on prendra toujours soin d’elle. Un morceau assez acoustique, mais qui devient ennuyant au bout d’un moment. To Be You, il sonne un peu comme du déjà vu, Adele n’est pas loin ! Si je ne me trompe pas, il y a au moins un bon Cor français, sur ce morceau. Le titre Raise, Erase, est de temps en temps intéressant, mais on se perd dans des longueurs inutiles, qui font perdre le propos de la chanson avant d’avoir écouter au moins 2 minutes 30 sur ces 5 minutes. You Caught Me est deviens vraiment intéressante, vivante à partir de la 2e minute sur 3. Puis I Play, enfin elle ne joue pas un rock endiablé. Le morceau n’est pas mauvais, il est très épuré, il y a l’essentiel, sauf peut être du rythme. Stay est peut être un peu plus intéressant, que les trois morceaux précédents. Il prend en intensité au fur et à mesure, mais elle est bien longue à venir. Puis vient l’avant dernier titre, House qui reprends encore les mêmes ingrédients que les morceaux précédents sauf le rythme ! C’est certainement le morceau le plus rythmé ! Puis Silent Emily, un « OCNI », un objet chantant non identifié.

Bref un album, lent, ce voulant très mélodieux, presque un peu prétentieux. Il n’est pas à la portée de tout le monde, peut être pas la mienne ?

Les morceaux a avoir : To Be You

The Day (Allomusic)

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=0RCeRL8ASks?rel=0]

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b' et la variété française et internationale.