Colonel Reyel a sorti cette semaine son deuxième album studio Soldat de l’amour. Toi et moi et Coucou servent de singles pour promouvoir l’album.

L’album commence avec le titre D’où je viens une ballade avec des éléments raggae et dancehall, qui explique d’où le chanteur vient. La chanson est assez lassante, elle n’accroche pas avec le gimmick “oh oh, oh oh, la la la, la la la, oh oh, hein hein, oh oh, hein …”. Le chanteur semble utilisé les mêmes techniques que pour son précédent opus Au Rapport. Suit le premier single Toi et moi qui reprend clairement les techniques de Toutes les nuits ou Celui. Bref, pas étonnant qu’il ne soit pas apparu dans les classements de vente de single ces derniers mois. Vivre libre poursuit avec une introduction au piano et une présence de synthétiseur, un titre moins raggae-dancehall et plus r’n’b. C’est un peu plus intéressant si on coupe les paroles. Coucou (!) arrive. Avant le gros titre Keep It Righteous avec le jamaïcain Jah Cure. Pour ce titre totalement en anglais, Colonel Reyel aurait du ce contenter du français pour sa partition. Son interprétation n’est pas crédible. Elle est un peu nasillarde. Son phrasé, qui passe de moins en moins en français par son manque de renouvellement, ne passe pas du tout en anglais. Mon héroïne présente un orchestration organique dans son introduction, pour évoluer vers un mélange des styles déjà abordés. C’est un belle tentative mais le thème semble vu et revu, tout comme l’amalgame de l’héroïne avec sa mère. Le titre devient très vite répétitif et lassant. Oh Mama est un titre qui rappelle l’époque de l’album Dis l’heure 2 zouk ! avec Passi ou Jacob Desvarieux. Le gimmick est intéressant, c’est possible que le titre fasse office d’un prochain single. Vient ensuite Pour toi avec la rappeuse Shani. En dehors de répéter le nom de la rappeuse, la chanson est plate. La chanson flatte Colonel Reyel. Deuxième chance commence comme une balade, avant de devenir un peu plus rythmé. Le chanteur, “un mec comme les autres” avec de “gros défauts” demande qu’on lui accorde un deuxième chance. Il promet, il promet… Laisse moi entrer est une chanson nian-nian. Elle se présente comme une déclaration, avec certainement une métaphore avec l’acte sexuel. D’autant que je frappe à ta porte/Laisse moi entrer/J’aimerai que tu m’accordes cette nuit/(…)Laisse moi entrer pour profiter de ta chaleur… Bref, la subtilité n’est pas au rendez-vous. Avant de partir reprend certaines rythmiques des singles précédents.

Dans son deuxième album, Colonel Reyel réitère les recettes qui ont marché sur son premier opus. Cependant, les goûts, les attentes ont fortement changé depuis avril 2011. Il aurait pu amorcer un tournant plus pop, avec toujours des styles comme le raggae, le dancehall, ou le r’n’b. On reproche encore une voix qui ne semble pas naturelle. Les textes ne sont pas aboutis, ils vont souvent chercher la facilité. La musique est sans nul doute le plus intéressant dans cet album avec quelques rythmiques intéressantes comme sur Coucou (si on n’écoute pas les paroles) ou Toi et moi (si on n’écoute pas les paroles également). Il est fort à parier que cet album aura moins de succès que son premier effort.

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b et la variété française et internationale.