Lady Gaga… ou le culte du nĂ©ant. Si l’on Ă©tait en juin, des futurs bacheliers pourraient — en toute mauvaise foi — disserter sur le sujet. Oui, Lady Gaga a dĂ©voilĂ© Applause son nouveau single extrait de son nouvel album-concept Artpop (sorti prĂ©vue en novembre 2013). Le culte du nĂ©ant, oui. Quand on explique pendant 3 minutes 30 que l’on adore ĂŞtre applaudi. On appelle cela comment ?

C’est du nombrilisme. “I live for the applause, applause, applause./Live for the way that you cheer and scream for me.” (“Je vis pour les applaudissements, applaudissements, applaudissements (x3)/Je vis pour la façon dont vous m’acclamer et crier pour moi”) ou “Pop culture was in art now,/Art in Pop culture in me” (“La pop culture est dans l’art maintenant,/l’art dans la pop culture en moi”). Bref la blonde new-yorkaise a pris le melon. Non, la pastèque. A avoir un Ă©go surdimensionnĂ©, la chute est plus rude. Oui, le titre sera un succès dans les classements des ventes, mais surtout par les fans et non pas par une adhĂ©sion populaire. Au niveau de la musique, elle reprends la mĂŞme soupe de l’eurodance des annĂ©es 90 avec synthĂ©tiseurs et tous ce qui va avec. Vocalement, elle nous refait en concentrer ce qu’elle a fait sur les pistes de Born This Way. Au dĂ©but de la chanson, elle demande Ă  la critique si c’est bien ou mauvais. Il y a mieux.

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b et la variété française et internationale.