Depuis la sortie de Cheese, Stromae a fait du chemin car il s’impose comme un artiste Ă  part entière. Avec Racine carrĂ©e, il s’affirme. Il affirme son style.

Avec Racine carrĂ©e, le chanteur aborde des thèmes profonds sur des mĂ©lodies enjouĂ©es, comme Ă  l’image d’Alors on danse, son tout premier single, ici on a Papaoutai, Bâtard, Ta fĂŞte, et a peu près tous les titres. Avec Papaoutai, il aborde l’absence du père. Dans l’Ă©lectrique Ta fĂŞte – suite d’Alors on danse mais avec les consĂ©quences – ou Sommeil, il aborde justement ce qu’il se passe après une soirĂ©e un peu trop arrosĂ©e, et donc l’ivresse et la dĂ©chĂ©ance dans l’entĂŞtant Formidable. Il dĂ©nonce la sociĂ©tĂ© de communication, les rĂ©seaux sociaux dont Twitter dans Carmen, repris de l’opĂ©ra de George Bizet, Ă  noter que pour le morceau, il a reçu l’aide d’Orelsan. Il participe d’ailleurs avec MaĂ®tre Gims sur le titre Avf (Allez-vous faire…). Le morceau parle de la crise et dĂ©nonce les politiques.

Humain Ă  l’eau, prĂ©sentĂ© dans la leçon 23, est un titre sur la bĂŞtise. « Et la culture de la bĂŞtise,/De ça, oui je suis raciste », entonne le chanteur. Avec Merci, aux sonoritĂ©s de Kavinsky, Stromae livre un instrumental. Dans Moules frites, le chanteur aborde le thème de la maladie, tout comme dans Quand c’est ? sur le cancer… oĂą il manipule le jeu de mot avec « Quand c’est » prononcĂ© comme « Cancer ». Dans Bâtard, oĂą il entonne « Ni l’un ni l’autre, je suis, j’Ă©tais et resterai moi », Stromae se bat contre les prĂ©jugĂ©s et les classes « T’es de droite ou t’es de gauche ?/T’es beauf ou bobo de Paris ? ». Il dĂ©nonce d’ailleurs ceux qui ne prennent pas parti et lient des amitiĂ©s pour caution (« Pardon, Monsieur ne prend pas parti » et « Monsieur n’est mĂŞme pas raciste, vu que Monsieur n’a pas de racines/D’ailleurs Monsieur a un ami noir, et mĂŞme un ami aryen »).

En rĂ©sumĂ©, il s’agit d’un très bon album de par les thèmes diffĂ©rents qu’il aborde et du ton sur lequel le message est dĂ©livrĂ©. Quelque fois un brin donneur de leçon, le message n’en perd pas en intensitĂ©. Il s’agit d’un excellent album de rentrĂ©e. A Ă©couter en boucle.

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b et la variété française et internationale.