Vianney est un auteur-compositeur-interprète français de 23 ans. Il sort cette semaine son premier album « IdĂ©es Blanches ». Le chanteur de « Je te dĂ©teste » revient sur son parcours musical, scolaire, l’enregistrement de son album. Il annonce Ă©galement une tournĂ©e dont le coup d’envoi devrait ĂŞtre donnĂ© en janvier 2015. Il donne un tour de chauffe en tant que première partie de Florent Pagny.

Aritmuzik. Quel est ton parcours jusqu’Ă  ce premier album ?

Vianney : Mon parcours  musical… j’ai toujours jouĂ©. J’ai toujours fait de la musique depuis mes 12 ans. je jouais de la guitare et j’Ă©crivais des textes. Je chantais mĂŞme avant. J’en ai toujours fait de manière quotidienne. J’ai aussi commencĂ© Ă  faire un peu de piano, de mandoline, du ukulĂ©lé… J’aime bien essayer des trucs.

Quand j’Ă©tais adolescent,  j’ai eu un groupe de musique composĂ© de mon grand frère et des musiciens semi-pros. On s’est amusĂ©. Les gens jouaient tous mieux que moi. Je m’Ă©panouissais pas mal. Ce groupe s’est sĂ©parĂ© lorsque j’Ă©tais au lycĂ©e. C’est Ă  ce moment-lĂ  que j’ai dĂ©cidĂ© de faire ma route tout seul. Toujours en amateur. J’Ă©crivais mes chansons dans ma chambre et elle n’en sortait jamais. Je ne partageais pas du tout. Un jour, j’ai rencontrĂ© la personne qui est devenue ma manageuse, Isabelle Vaudey. C’Ă©tait, il y a trois ans. Elle a cru dans le projet, dans mes chansons. Elle a choisi de les dĂ©fendre et de chercher des maisons de disques. Elle a fini par trouver le rĂ©alisateur de l’album Antoine Essertier. Avec lui, on a rĂ©alisĂ© l’album lors de l’Ă©tĂ© 2013. Ensuite, on a cherchĂ© le label. On a trouvĂ© TĂ´t ou Tard chez qui j’ai signĂ© en fĂ©vrier 2014.

Tu as Ă©tĂ© au lycĂ©e militaire de Saint-Cyr, fait des Ă©tudes de commerce et une Ă©cole de stylisme Ă  Paris dans le cursus haute-couture. Comment le tout c’est enchaĂ®nĂ© ?

Le lycĂ©e militaire est une grosse volontĂ© de ma part. L’uniforme Ă©tait vecteur d’Ă©galitĂ© Ă  l’Ă©cole. J’aimais bien ça, l’Ă©galitĂ© devant les marques, les vĂŞtements. J’en avais un peu ras-le-bol au collège. Je voulais ĂŞtre avec des mecs qui portent l’uniforme, qu’il n’y ait pas de distinction. Je voulais aussi de la discipline, de la rigueur. Au collège, c’est le bazar. C’Ă©tait m’Ă©panouir dans la discipline. C’est ce que je fais aujourd’hui, mais que j’ai fait dans la mode Ă©galement. La mode, c’est quelque chose qui demande un travail monstre. Je ne vivais plus, je ne dormais plus, je ne m’alimentais plus. Je ne vivais que pour ce que je faisais. Mes seules pauses Ă©taient pour la musique. Aujourd’hui, je ne fais plus que de la musique… j’en fais trop, mais c’est parce que j’aime ça.

Entre tout ça, il y a l’Ă©cole de commerce qui m’a permis de rencontrer des gens, mais aussi de savoir que je ne voulais pas travailler pour d’autres, que je ne voulais pas travailler en entreprise. Et surtout, ça m’a donnĂ© le temps de voyager. On a du temps dans ces Ă©coles.

Comment dĂ©finirais-tu ton style musical ? A l’Ă©coute, c’est très variĂ©.

Très sincèrement, je ne me pose pas cette question. Quand je compose, je ne me dis pas : « Je fais du rock. Je fais de la pop ». La question, c’est l’Ă©nergie transmise. J’essaie de trouver l’Ă©quilibre entre la chanson, c’est-Ă -dire la vraie chanson et la variĂ©tĂ©, celle d’il y a 30 ans. Je veux que le texte dise quelque chose et que les mĂ©lodies restent accessibles. Au final, il faut que la chanson soit comprĂ©hensible, mais qu’il y ait quelque chose Ă  manger dedans.

Je te laisse libre d’en dĂ©finir un car j’ai encore du mal Ă  le faire.

Justement, tu sembles un peu inclassable. Il y en a en rĂ©alitĂ© plusieurs. Sur Tout seul, il y a du reggae. D’autres sont dans de la variĂ©tĂ©.

Il est vrai que sur l’album, on retrouve pas mal de caractĂ©ristique de diffĂ©rents styles musicaux. Au final, ce qui est c’est quand mĂŞme le texte. Je dirais que c’est plutĂ´t de la chanson mais j’accorde un point d’honneur sur le fait que les mĂ©lodies doivent ĂŞtre comprĂ©hensibles et accessibles.

Tu as enregistrĂ© en 2013. Tu avais plus de chansons avant ou tu as Ă©cris pour l’album en particulier ?

Je ne fais pas partie de la race très douĂ© et assez gĂ©niale des chanteurs qui arrivent Ă  Ă©crire des chansons en ce disant : « Aller. J’Ă©cris une chanson » et en une semaine, ils Ă©crivent un album. J’ai besoin de temps. Ces chansons, il y en a qui ont trois ou quatre ans, d’autres sont plus rĂ©centes. Comme je mets longtemps Ă  Ă©crire, mes chansons Ă©taient dĂ©jĂ  toutes prĂŞtes. De la mĂŞme façon, je n’ai pas enregistrĂ© comme certains artistes 20, 40 ou 60 chansons parfois mais j’ai choisi parmi les chansons celles qu’il y aura sur l’album. J’ai vraiment enregistrĂ© le nombre de chansons qu’il y a sur l’album. D’ailleurs, une de plus, que l’on a enlevĂ©e. C’est aussi le rĂ´le du rĂ©alisateur que de savoir celle que l’on va mettre dans l’album.

OĂą s’est dĂ©roulĂ© l’enregistrement de l’album ?

En Auvergne, dans les montagnes, car le rĂ©alisateur de l’album est un vieux loup solitaire, un ermite. Il est reclus dans sa maison dans les montagnes d’Auvergne. L’enregistrement Ă©tait assez court. On n’a mĂŞme pas mis deux semaines. En fait 90 % du projet a Ă©tĂ© enregistrĂ© dans ces montagnes. On a enregistrĂ© un piano et quelques violons par la suite quand j’ai signĂ©. On a passĂ© deux jours en studio Ă  Paris.

Est-ce que l’on ta dĂ©jĂ  fait une remarque sur ton timbre de voix ?

(Il rigole) Qu’est-ce que ça veut dire ?

Ton timbre de voix se remarque…

Florent Pagny (dont il fait la première partie, NDLR) m’a dit ça il y a trois jours… Il m’a dit que je ne suis pas le chanteur Ă  voix, que lui peut ĂŞtre d’ailleurs, mais que ma voix accroche. En studio, ce que l’on m’a dit, c’est que ma voix gĂ©nĂ©rait une frĂ©quence qui Ă©tait très compliquĂ©e Ă  l’oreille. C’est embĂŞtant. Je ne sais pas… Je n’ai pas pris de cours de chants. Je ne l’ai pas canalisĂ©e.

Comment s’est dĂ©cidĂ© l’ordre des chansons ?

J’avais donnĂ© mes idĂ©es. Après, on rĂ©flĂ©chit avec la maison de disques et le rĂ©alisateur.

Propos recueillis par Nicolas Dumas

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b' et la variété française et internationale.