Zayn « Mystery », ex-membre du groupe britannique One Direction, vole maintenant de ces propres ailes avec un premier album « Mind of Mine ». Le titre de l’album est d’ailleurs lĂ  pour signifier qu’il a pris son indĂ©pendance ; on pourrait le traduit par « Mes propres pensĂ©es ». Après un intro, qui est inspirĂ©e par le dernier album de Justin Bieber, Zayn se lance avec des confidences sur l’oreiller sur « PillowTalk » ; une façon de plus pour dire Ă  son audience qu’il a grandi et qu’il n’est plus membre d’un boys band.

Des mots clĂ©s comme « fucking » ou lorsqu’il raconte ses Ă©bats (« A place that is so pure, so dirty and raw / Be in the bed all day, bed all day, bed all day » ; en français : « Un lieu qui est si pur, si sale et sauvage / ĂŠtre au lit toute la journĂ©e, au lit tout la journĂ©e (x2) »), tout pour ĂŞtre placĂ© dans la catĂ©gorie « Explicit Lyrics », qui dĂ©conseille l’Ă©coute pour les ado par exemple. MĂŞme topo pour la 3e piste « It’s You » qui malgrĂ© tout les efforts reste d’un ennui mortel ; Ă  zapper. « Befour » possède une intro qui peut faire penser Ă  une ambiance Ă  la Bieber ; puis passe assez rapidement dans une progression qui titille l’oreille, qui reste intĂ©ressant. Mais assez vite on attend une montĂ©e en puissance qui ne vient jamais vraiment malgrĂ© le fait que la musique porte le tout.

« She » est une chanson qui dĂ©crit une jeune femme sensuelle, avec une cigarette aux lèvre et en manque d’affection. Zayn aborde le titre avec une voix sensuelle pour raconter son histoire. C’est facile Ă  Ă©couter, la chanson remplit son rĂ´le en distrayant. C’est lui qui, dans « Drunk », s’enivre pour elle. La piste est sympathique Ă  Ă©couter, mais un fois la chanson suivante en route, elle s’oublie vite. « Rear View » est un peu la chanson que l’on attendait au dĂ©but de l’album. La composition met sous tension le texte de cette romance impossible. Avec « Wrong », le chanteur prĂ©sente le seul featuring de cet album ; une participation de Kehlani, une jeune chanteuse californienne. Cette piste est sans doute l’une des plus intenses mais qui prĂ©sente aussi le dĂ©faut de sembler trop impersonnelle avec ces grosses rĂ©verbĂ©rations.

Un problème dans la tracklist

Zayn laisse libre sa voix sur « Fool for You », un titre lĂ©gèrement jazzy qui pourrait faire penser dans sa construction et son interprĂ©tation Ă  un standard de la musique amĂ©ricaine. Avec « Bordersz », l’ex-One Direction est sur une limite. Une impression de dĂ©jĂ -vu, une impression que l’on sait oĂą veut nous mener le titre, une impression de gâchis, alors que tous les ingrĂ©dients semblent rĂ©unis. Soul et funk, Zayn veut tout dire dans « Truth » ; un peu comme si le titre Ă©tait une rĂ©ponse Ă  son dĂ©part des One Direction. (« I won’t point any fingers / I won’t say it was you / I let life take its time / Any time you see the truth / I won’t ask any questions / I won’t say it was you / I’ll let life take its time / Any time you see the truth » ; en français « Je ne te dĂ©signerais pas du doigt / Je ne dirais pas que c’est toi / Je laisse la vie prendre ce temps / Le temps pour que tu vois la vĂ©ritĂ© / Je ne poserais pas de questions / Je ne dirais pas que c’est toi / Je laisserais la vie prendre ce temps / Le temps pour que tu vois la vĂ©rité ») Il s’imagine maintenant Ă  la « place de conducteur », avec une « nouvelle vue », maintenant prĂŞt Ă  entrer dans le « game ». « Ludocaze » semble assez insipide malgrĂ© une composition qui se veut très variĂ©e. Zayn a du mal Ă  rĂ©inventer son interprĂ©tation au bout d’une dizaine de titre. Dommage, c’est gâchĂ© une composition. « TiO » (pour Take it off, retire les en français) est l’apogĂ©e de l’album. Dommage qu’il s’agisse du dernier titre la version standard (!). Le titre pousse Ă  se montrer tel que l’on est, sans les artifices comme le « maquillage » ou les « vĂŞtements ». On vous laisse imaginer la partie de Scrabble qu’il s’en suivra.

Pas assez d’expĂ©rimentations

Pour la version deluxe, c’est avec « Blue » que l’aventure se poursuit ; un titre aĂ©rien autant dans le texte, la composition que l’interprĂ©tation. Les paroles de « Bright » – ce n’est pas la seule, je ne me suis pas appesanti sur les chansons prĂ©cĂ©dentes – enfilent des facilitĂ©s dans les rimes. NĂ©anmoins, il titre crĂ©e une ambiance de tension amoureuse. Pourquoi ? Pourquoi « Like I Would » ne fait pas partie de l’Ă©dition standard ? Il y a des choix dans la tracklist qui sont plus que discutable car ce titre est un single. Les DJ devraient s’en emparer pour faire danser les gens en discothèque. « She Don’t Love Me » dĂ©crit les fantasmes que Zayn peut avoir ; « Je te veux, ton corps au dessus du mien », rĂ©pète-t-il dans le refrain.

Ce premier album est comme un essai. Pas entièrement rĂ©ussi, mais pas entièrement ratĂ©. C’est un entre-deux qui laisse des regrets ; un album qui manque d’expĂ©rimentations et qui est donc trop conventionnel. Zayn voulait explorer des champs qu’il n’avait pas pu aborder avec One Direction, effectivement c’est diffĂ©rent de One Direction mais pas assez diffĂ©rent d’autres chanteurs pour ĂŞtre vraiment singulier.

Crédit photo : Clip « Befour »

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b et la variété française et internationale.