La chanson du jour c’est « Les Chers Leaders » de Marvin Jouno. Texte soignĂ©, image lĂ©chĂ©e et composition au diapason. Marvin Jouno manie la langue française avec subtilitĂ© dans son premier album « IntĂ©rieur nuit » en la mĂŞlant avec les bons mots. Il avait su nous sĂ©duire avec « Quitte Ă  me quitter », « l’allumette qui lèche le vent », « j’Ă©tais perdu dans l’aversion du t’aime, puis j’ai relu ces quelques notes juste Ă  cĂ´tĂ© d’un V.T (v point t), c’est pas comme ça qu’on sème ». Avec « Les Chers Leaders » (attention, jeu de mot : cheerleader/pompom girl), le trentenaire, piercing nasal, look rĂ©gressif, nous emmène en GĂ©orgie dans le clip. Mais il s’agit de l’histoire de la petite japonaise, MĂ©gumi Yokota (sur WikipĂ©dia en anglais), enlevĂ©e le 15 novembre 1977 par des espions nord-corĂ©ens. Sans jamais vraiment expliquer les choses, Marvin Jouno aborde les « cerisiers en pleurs » (symbole du Japon), l’appel sans rĂ©ponse Ă  « MĂ©gumi », les « 15 novembre », les trente ans oĂą « le printemps n’existe plus », la « peine insulaire ». Son premier album, enregistrĂ© dans un mas de Provence, est un film sonore : Ă  Ă©couter d’urgence avant de voir le moyen mĂ©trage musical « IntĂ©rieur nuit ».

Crédit photo : Clip de « Les Chers Leaders »

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b et la variété française et internationale.