Photos Julien Lienard

Vianney a sorti, il y a un peu plus d’un mois son deuxième album sobrement intitulĂ© « Vianney ». Un titre qui donne l’impression d’un deuxième album plus personnel, plus introspectif et aussi un peu plus mature, c’est souvent le cas. Ce nouvel album fait suite Ă  « IdĂ©es blanches », album pour lequel Vianney avait rĂ©pondu Ă  nos questions.

L’opus dĂ©marre avec la balade romantique « Sans le dire ». Le chanteur conte une histoire d’amour sur laquelle il ne veut pas mettre de mots, des mots pour dire ce qu’elle est vraiment. « Sans le dire, je fais au mieux pour que tu le comprennes… » je t’aime. L’auteur-compositeur et interprète affiche clairement une continuitĂ© dans ce qui est la thĂ©matique, l’amour. Au trois quart de la chanson, Vianney fait sortir les cuivres pour montrer son ambivalence de sentiment… ça gronde Ă  l’intĂ©rieur.

« Je m’en vais » est le single principal de cet album. Comme une rengaine sur cette obligation de partir mĂŞme s’il ne le veut pas. Il s’en va. Avec « Dumbo », il nous entraine sur du ska-reggae. Vianney se compare Ă  l’Ă©lĂ©phant de Disney Dumbo « qui ne fait que voler ». Autant, il faut ĂŞtre clair, c’est par des circonvolutions que Vianney incite Ă  l’amour propre.

Aimez-vous pour aimer la vie en somme : « Qu’aime les hommes qui ne s’aiment pas ? », s’interroge-t-il. Avec « Tombe la neige », Vianney nous plonge dans ce qu’il fait le mieux, les jeux de mots, les doubles sens qui Ă©taient prĂ©sents dans son prĂ©sent album « IdĂ©es blanches ». Ça nous rappelle « Labello ».

Vianney : Fils Ă  papa ?

« Moi aimer toi » amène l’auditeur sur des rythme afro-caribĂ©en, les trompettes et les guitares font que c’est Ă  ce moment que l’on entre pleinement dans ce deuxième opus. Une langue primaire pour dire l’amour. « Si moi aimer toi, toi blesser moi. » Les chĹ“urs ethniques renforcent le cĂ´tĂ© entrainant de la chanson.

Avec sa chanson « Le fils Ă  papa », Vianney veut se dĂ©fendre, avec une dĂ©but de chanson totalement Ă©bouriffant, près d’une minute de a capella ou gentiment accompagnĂ© d’une guitare qui s’intensifie et qui est secondĂ©e par des cordes. Dans son texte, c’est une mise au point de ce qu’il n’est pas. « On m’a pas fait comme ça », avant de demander de « l’aide Ă  l’aide Ă  moi, on m’a pas fait comme ça ». La suie se fait plus Ă©rotique, les « veines bondĂ©es », le soir dans ces draps « un petit sein blanc » contre lui.

Vianney s’en fout ?

« J’m’en fous », c’est quand Vianney est tellement bien que peut importe ce qu’il arrive, il a Ă©tĂ© heureux et bien de vivre pour lui. Avec « Oublie-moi », il s’agit de deux chansons qui ne sont pas les plus indispensables de l’album. « Quand je serais père », entraine Vianney dans le questionnement de savoir ce qu’il va lĂ©guer Ă  ses enfants, aux enfants…

« La vie vaut de parce qu’on laisse Ă  l’avenir. Quand je serais père mes chers enfant ne me demandait pas oĂą est passĂ© l’automne, puis l’hiver et le printemps ». Le chanteur constate le dĂ©règlement climatique. « L’homme et l’âme » met en avant les jeux de mots d’une façon tragique. Puisqu’en creux, on identifie l’attentat.

La prémonition

« J’avais envie d’Ă©crire quelque chose suite Ă  ça mais ça ne sortait pas vraiment. J’avais juste une petite mĂ©lodie. Fin juin, j’arrangeais mes chansons, seul dans mon salon. Au moment d’une pause, il y a une phrase qui m’est venue et qui disait : ‘Et si l’âme est chère Ă  l’homme/Souvent l’homme chĂ©rit la lame/LĂ  oĂą l’homme a mis la lame/L’âme a mis les voiles’. Je me couche lĂ -­dessus, le lendemain je fais pratiquement la chanson. Ce jour-­lĂ , le père Hamel se fait Ă©gorger. J’Ă©tais terrassĂ©, j’y ai vu un signe », confie le chanteur.
Avec son single « Le Galopin », Vianney fait un rappel de son premier album. Sur cet album, il y a moins de titres qui peuvent accrocher l’oreille que sur le prĂ©cĂ©dent album. Moins de tubes pour les radios, l’album est irrĂ©gulier dans le sens oĂą il captive uniquement sur les trois quart de l’album, ce qui est, avouons-le, dĂ©jĂ  pas mal.

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b et la variété française et internationale.