Barbara Pravi, c’est une voix qui reste en tĂŞte. Sur son premier single « Pas grandir », la chanteuse le dĂ©montre. Elle a Ă©tĂ© dĂ©couverte dans le spectacle musical « Un Ă©tĂ© 44 » oĂą elle interprète « Seulement connu de Dieu » de Claude Lemesle et Charles Aznavour. Le spectacle produit par ValĂ©ry Zeitoun, l’ancien DG du label AZ ou membre de jury de Popstar, l’a trouvĂ© pour le rĂ´le de Solange et devient par la mĂŞme occasion son manageur. « Pas grandir », c’est le prĂ©ambule d’un premier album « très autobiographique » qui s’intitule « DĂ©da, Sarah et les autres… »

Barbara Pravi en première partie de Florent Pagny

En 2014, elle fait la rencontre de Jules Jaconelli, un jeune compositeur et arrangeur, qui a « une âme de directeur artistique » d’après sa maison de disque. C’est ensemble qu’ils font de la « pop Ă  texte », explique-t-elle. La première vidĂ©o qui accompagne « Pas grandir », a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e Ă  partir de films de famille par Barbara Pravi. Dans les paroles de « Pas grandir », c’est une succession de dĂ©sillusions… Les sons Ă©lectroniques de Jules Jaconelli accompagne le texte de Barbara Pravi. Elle explique que les poussifs que les adultes racontent lorsque l’on est enfant. L’auteur de « Pas grandir » dĂ©nonce ce que les femmes doivent endurer : « J’vois bien que quand on est une femme/Il faut tout accepter/ObĂ©ir Ă  plus fort que soi/Et puis tout encaisser ». Elle conclut d’ailleurs son propose : « Être une femme c’est trop compliquĂ©/J’aimerais continuer de rĂŞver ».

Barbara Pravi accompagnera en dĂ©cembre et fĂ©vrier 2018 Florent Pagny pour ces premières parties… Un bon pressage sans doute car Vianney avait commencer exactement pareil… Aujourd’hui, c’est lui qui remplit les salles.

Ecrit par Nicolas D.

Nicolas est un journaliste qui écrit sur la musique pop, le r'n'b' et la variété française et internationale.